Si ce message ne s'affiche pas correctement, visualisez-le grâce à ce lien.

PUBLICATION | « Parcours de jeunes maires de France. Inégalités d’accès et accentuation des clivages au cours du mandat »
   
Communiqué
Jeunesse : études & synthèses n°29
« Parcours de jeunes maires de France. Inégalités d’accès et accentuation des clivages au cours du mandat »
 

Le dernier numéro d’INJEP analyses & synthèses publié par l’institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire se penche sur les mandats des jeunes élus municipaux. Il en ressort que ceux-ci sont nettement plus concernés par la sélection sociale et les déterminismes professionnels que les élus plus âgés. Que ce soit dans l’accès au mandat municipal comme dans l’exercice des fonctions au sein des collectivités locales.

Dans un contexte de vieillissement des élus municipaux et tandis que de nombreux maires envisagent de rendre leur écharpe, l’INJEP s’est intéressé aux jeunes élus municipaux et publie « Parcours de jeunes maires de France. Inégalités d’accès et accentuation des clivages au cours du mandat ». Ce texte signé de Laurent Lardeux, chargé d’études et de recherche à l’institut, et Isabelle Lacroix, chercheuse associée à l’INJEP, est issu d’une enquête destinée à saisir les caractéristiques sociales et les trajectoires politiques de ces jeunes élus, de leur entrée dans un conseil municipal à l’exercice de la fonction de maire.

L’étude, qui donnera lieu à un rapport complet début 2020, met en lumière les inégalités dans l’accès à la fonction de maire et la forte sélectivité sociale qui opère sur les jeunes porteurs de mandats municipaux. Elle invite à réfléchir aux conditions nécessaires pour un renouvellement générationnel des élus locaux.

Des logiques de sur-sélection

En effet, le mandat municipal est souvent perçu comme l’aboutissement d’une trajectoire sociale, associative et politique généralement acquise sur le long terme. Pour les jeunes élus ne pouvant pas, par définition, faire valoir une longue expérience militante, les paramètres professionnels, scolaires et politiques sont tout particulièrement mobilisés pour combler leur déficit d’expérience militante, de notoriété ou d’identité locale. Ils sont surdotés scolairement et professionnellement. Des logiques de sur-sélection des jeunes élus sont à l’œuvre et elles s’expriment à la fois par des clivages sociaux dans l’accès au mandat municipal, mais aussi, une fois élu maire, par une accentuation des inégalités dans l’exercice de leurs fonctions.

D’importants clivages apparaissent ensuite au cours du mandat entre des jeunes maires «hypersocialisés politiquement» d’un côté, où l’élection n’est qu’une étape dans un projet de carrière politique plus large, et des «néophytes» de l’autre qui découvrent au moment de leur élection les rouages de la politique municipale tout en étant fortement contraints par leur agenda professionnel. Ces polarisations invitent à une réflexion sur l’importance de la formation et de la reconnaissance du statut de l’élu pour réduire les écarts structurels entre professionnels de la politique et nouveaux entrants, et par là même favoriser le renouvellement générationnel en matière de participation politique.

image

Téléchargez INJEP analyses & synthèses n°29

CONTACT PRESSE INJEP

Roch Sonnet 
01 70 98 94 40/06 03 27 92 15
roch.sonnet@jeunesse-sports.gouv.fr