Si ce message ne s'affiche pas correctement, visualisez-le grâce à ce lien.

PUBLICATION | Les modèles socio-économiques des associations : spécificités et approches plurielles
   
Communiqué
Ouvrage INJEP à La Documentation française
Les modèles socio-économiques des associations : spécificités et approches plurielles
 

L’ouvrage de l’INJEP sur les modèles socio-économiques des associations vient de paraître à La Documentation française. Cette nouvelle contribution de l’Institut à la connaissance du monde associatif mobilise acteurs et spécialistes les plus reconnus du tiers-secteur. L’ambition ?  Mieux comprendre la spécificité de ces modèles et leurs évolutions à l’épreuve des nouvelles orientations publiques de partenariat, de soutien et de financement.
 

Quels sont les modèles socio-économiques des associations aujourd’hui ? Comment tentent-elles de s’adapter aux mutations de la société, aux nouvelles orientations de l’Etat, à la raréfaction et la transformation des financements publics ou au glissement du secteur non-lucratif vers des logiques concurrentielles ? Comment font-elles face aux essoufflements de gouvernance liées aux convergences de comportement entre institutions ?


Pour répondre à ces questions et traiter les enjeux qui les traversent, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) publie à la Documentation française et en partenariat avec le FONJEP, Les modèles socio-économiques des associations : spécificités et approches plurielles, sous la direction de Mathilde Renault-Tinacci, chargée de recherche à l’INJEP.


Contexte socio-historique, diversité des modèles, évaluation : trois grilles d'analyse


Dans un premier temps, cet ouvrage collectif clarifie la notion de modèle socio-économique et montre sa spécificité par rapport aux modèles économiques classiques des organismes marchands. Puis il mobilise quelque vingt spécialistes du secteur associatif et du tiers-secteur autour de trois grilles d’analyse. La première ambitionne d’éclairer les évolutions majeures des économies associatives d’un point de vue socio-historique. La seconde rend compte de la diversité des modèles associatifs, de l’échelle locale à l’échelle européenne. Enfin, la troisième, aborde la question de l’évaluation de l’impact de la performance associative, en conjuguant l’approche critique de ce concept et la volonté de dépassement de l’existant.


Les réflexions des acteurs et des chercheurs explorent ainsi le champ d’une économie alternative, socialement utile et nécessairement non solvable qui se distingue des paradigmes économiques classiques et du secteur marchand. En ne cantonnant pas ces organisations à un rôle supplétif, ou « complétif » entre le marché et l’Etat, l’analyse s’ouvre alors à une économie réciprocitaire (bénévolat, troc) et aux dimensions sociales et politiques qui y sont attachées.

image

Consulter la publication

CONTACT ET SERVICE PRESSE

Roch Sonnet
06 03 27 92 15
roch.sonnet@jeunesse-sports.gouv.fr