Si ce message ne s'affiche pas correctement, visualisez-le grâce à ce lien.

PUBLICATION | Les jeunes face au travail : un regard ambivalent, reflet des disparités
   
Communiqué
INJEP analyses & synthèses
Les jeunes face au travail : un regard ambivalent, reflet des disparités
 

Le dernier numéro d’INJEP analyses & synthèses se penche sur le rapport que les jeunes entretiennent avec le travail. Une extension de l’enquête « Génération » du CÉREQ, financée et analysée par l’INJEP, permet de mettre en lumière les principales préoccupations des jeunes à l’égard du travail et de préciser le regard qu’ils portent sur leur activité professionnelle.

Individualistes, compétiteurs, délaissant le travail… les attitudes des jeunes à l’égard du travail font l’objet de nombreuses représentations négatives largement répandues. Un module ajouté par l’INJEP au questionnaire de l’enquête « Génération 2013 » du centre d’études et de recherche sur les qualifications (CÉREQ),  permettant d’explorer la diversité des regards que les jeunes portent sur le travail, contredit ces idées reçues. Cette enquête a été menée en 2016 auprès de 693 000 jeunes sortis du système éducatif en 2012-2013 et présentant un âge médian de 21 ans.

Ambivalentes et hétérogènes, les représentations des jeunes sur le travail révèlent surtout de fortes disparités entre ceux occupant des positions professionnelles favorables et ceux qui rencontrent des situations professionnelles plus complexes. Les premiers mettent en avant un équilibre entre travail et hors travail, les relations entre collègues, l’intérêt du poste ou l’autonomie quand les seconds s’attachent davantage à la rémunération et la sécurité de l’emploi. Par exemple, on enregistre une différence de 18 points entre diplômés du supérieur (58 %) et non diplômés (40 %) s’agissant de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. De même  il existe un écart de 10 % entre hommes et femmes : ces dernières valorisent cet équilibre à hauteur de 56 % contre 46 % pour les hommes.

Si la valeur travail est relativisée, cela ne signifie pas pour autant qu’elle occupe une place négligeable ou secondaire. Une minorité seulement des jeunes interrogés (15 %) choisissent de situer le travail en dehors de leurs priorités.  La précarité et l’instabilité des débuts de carrière jouent beaucoup sur l’importance accordée au travail par les jeunes. C’est plus tard, lorsque la carrière est installée, que l’aspiration à un équilibre vie/travail devient plus prégnante.

image

Voir la publication

CONTACT PRESSE INJEP

Roch Sonnet 
01 70 98 94 40
roch.sonnet@jeunesse-sports.gouv.fr