Si ce message ne s'affiche pas correctement, visualisez-le grâce à ce lien.

PUBLICATION | Le défi de la prévention du phénomène des mules en Guyane
   
Communiqué
INJEP analyses & synthèses n°18
Le défi de la prévention du phénomène des mules en Guyane
 

Dans ce bout de France, grand comme la région Nouvelle Aquitaine et flanquée sur le géant brésilien, le trafic de cocaïne conduit au développement du nombre de « mules » qui transportent la drogue. L’étude lancée par le Fonds d’expérimentations pour la jeunesse de l’INJEP s’intéresse au phénomène qui touche particulièrement les jeunes et aux actions de prévention qui leur sont dédiées. Une enquête qui améliore la connaissance et propose de revoir les approches. 

Comment relever le défi de la prévention du phénomène des mules en Guyane ? Ces jeunes qui chaque jour transportent de la cocaïne, ingérée ou non, vers la France et l’Europe constituent un véritable défi pour l’action publique.  L’INJEP a supervisé une enquête menée à la fois auprès de professionnels de la prévention et de jeunes vivant dans l’Ouest guyanais. Le dernier numéro d’INJEP analyses & synthèses en restitue les grandes lignes.

L’analyse des expériences des jeunes permet de déconstruire certains préjugés portés par les différents acteurs de prévention sur les trafiquants, les recruteurs et les mules elles-mêmes. L’étude menée sur le terrain par l’Agence Phare fait apparaître un fort décalage entre les discours et représentations institutionnels du phénomène des mules et l’expérience qu’en ont les jeunes concernés.

La méconnaissance des profils des mules, des modalités de recrutement, des langues ou des croyances, et les actions relativement tardives, comptent parmi les faiblesses des dispositifs de prévention. La Guyane présente une situation géographique propice au trafic de cocaïne vers l’Europe. Pauvreté, chômage (44 % pour les jeunes), réseaux constitués dans un territoire où les moins de 30 représentent  57 % de la population, font le reste.

Aussi la « lecture individuelle et psychologisante du phénomène » doit-elle « laisser place à une approche systémique et sociale », indiquent les auteurs, qui préconisent d’intervenir davantage auprès des familles et de l’entourage, « potentiels recruteurs ou référents en cas de problème financier ». Enfin, ils plaident en faveur d’une prévention plus  précoce et mieux coordonnée, ne se limitant pas aux établissements scolaires.

image

Voir / Télécharger la publication

Voir la collection INJEP Analyses & Synthèses

CONTACT PRESSE

Roch Sonnet 
01 70 98 94 40
roch.sonnet@jeunesse-sports.gouv.fr